Appel du Pr Gaston Mandata NGuérékata relatif aux actes de violence aveugle en Centrafrique

Publié le par François Mbolidi

Appel du Pr Gaston Mandata NGuérékata relatif aux actes de violence aveugle en Centrafrique

Depuis quelques jours, la capitale Centrafricaine et l’ensemble du territoire national connaissent un regain de violences sans précédent faites d’assassinats de personnes sans distinction d’âges, de sexes, de milieu social ou de confessions religieuses, et de destructions aveugles de maigres biens chèrement acquis. Tout cela devant l’indifférence et l’immobilisme total des Autorités de la Transition et leurs protecteurs étrangers (Minusca, Sangaris et certaines Représentations Diplomatiques en RCA). Les rares initiatives patriotiques de la société civile sont rapidement étouffées par un régime autoritaire illégitime et antipatriotique. Les médias nationaux sont traqués, muselés, étouffant ipso facto la liberté de la presse et d’opinion. La classe politique nationale est plus préoccupée par les jeux de positionnement pour gagner des élections dont ils préparent honteusement au grand jour une victoire frauduleuse avec le soutien de certains intérêts étrangers, victoire qui pourrait ouvrir la voie à un embrasement post électoral généralisé avec des répercussions certaines sur les pays voisins et frères.

Le peuple centrafricain est donc en danger. Il n’a aucun protecteur et ne sait à quel saint se vouer. Un drame sans précédent est en train de se dérouler sur la rive droite de l’Oubangui, dans l’indifférence générale. Silence. On tue en Centrafrique.

Ce jour 1er Novembre 2015, devant l’histoire, je prends mes responsabilités de patriote centrafricain pour :

  1. Inviter Son Excellence Denis Sassou NGuessou de bien vouloir prendre le temps, malgré son calendrier intérieur que nous savons chargé, et en sa qualité de Médiateur dans la crise Centrafricaine et grand ami de la RCA, à s’investir maintenant, plus que jamais au paravent, dans ce dossier que ses pairs de la CEEAC lui ont confié avec l’adhésion générale du peuple Centrafricain;
  2. Inviter Son Excellence Monsieur Ban Ki Moon, Secrétaire Général des Nations Unies, d’exiger de ses troupes en Centrafrique, l’application stricto sensu de leur mission, à savoir désarmer par la force s’il le faut, et protéger les populations civiles. Les Centrafricains dans leur large majorité ne croient pas que la Minusca est à leurs cotés ;
  3. Demander à Madame Samba Panza de constater son incapacité à ramener la paix en RCA et à déposer immédiatement, patriotiquement et avec honneur, sa démission;
  4. Demander au Conseil National de la Transition (CNT) de prendre ses responsabilités pour démettre le cas échéant de ses fonctions Madame Samba Panza, personnalité que ce même Conseil a fabriquée en Janvier 2014 avec la collaboration appuyée et mafieuse de certains intérêts obscurs étrangers;
  5. Inviter la classe politique nationale à plus de cohésion et d’actions concrètes pour l’intérêt général versus les intérêts partisans et électoralistes;
  6. Rappeler à tous les patriotes Centrafricains que l’heure est grave et qu’ils ont le devoir de participer par tous les moyens à la protection des pacifiques citoyens centrafricains sans distinction d’ethnies, de religions, d’origines et de milieu social qui sont sans défense. Chaque vie de Centrafricain est un trésor pour la Nation.

Vive la République Centrafricaine, une, indivisible, pacifique et fraternelle.

‘Kodro oko, Yanga oko, Mara oko’

Pr Gaston MANDATA N'GUEREKATA

Publié dans Communiqué de presse